Ralf Altrieth

Ralf Altrieth

Ralf Altrieth - Tête à tête
Exposition du 26 mars au 8 mai 2016

 als wäre nichts gewesen_techn_mixte_80x120cm_2015

 

Ralf Altrieth est un peintre d’origine allemande. Depuis l’automne 2014, il vit et travaille dans le
Gard, au pied des Cévennes.
Il a grandi en Forêt Noire, à Baiersbronn, et a fait des études aux Beaux-Arts à Nürtingen pendant
deux ans, avant de prendre la décision de poursuivre son chemin artistique en-dehors des
institutions traditionnelles. Par la suite, il a vécu, travaillé et exposé à Paris, Fribourg-en-Brisgau,
Berlin, Erlangen, de nouveau Berlin, puis Venise et en Normandie de 2006 à 2014.
Il expose depuis 1992, et travaille la peinture, la linogravure, le dessin, les installations et, depuis
2013, la sculpture.
Sa peinture peut sembler proche de mouvements tels que le néo-expressionisme, le Cobra, l’art
brut et la figuration libre, et pourrait être décrite comme de la poésie picturale (Dr. Friedhelm
Häring, historien de l’art, apropo de sa peinture). Ainsi, elle comporte toujours une bonne part de
figuration et une bonne part d’abstraction. Elle est précise à sa propre manière et laisse de la place
à sa matière pure.
D’après Altrieth, continuer à faire de la peinturetrouve son sens dans la réalisation d’images dont la
force et la présence sont assez fortes pour séduire l’œil et transporter le spectateur ailleurs, là où le
trouble s’installe, où le cognitif s’évanouit, mais où un réconfort s’installe malgré le manque de
confort, la commodité habituellement engendrée par une fausse perception de ce qu’on appelle la
sécurité. Le monde lui semble trop défini, trop exploré, trop exploité, trop analysé et trop surveillé.
En conséquence, il faut faire une peinture opposée à cela, qui permet de flotter, de respirer et d’être
à la fois rien et tout.

 

Caraso_techn-mixte_21x15cm_PS8_2015 Casimeliop_techn-mixte_21x15cm_PS8_2015  Erposon_techn-mixte_21x15cm_PS2_2015 Eschmuaki_techn-mixte_21x15cm_PS5_2015 

Poèmes picturaux – Une multitude de choses se bouscule dans l’œuvre de Ralf
Altrieth, comme dans la grande toile intitulée « Jimmy Schwarzwälder, poète ». Dans un
tissu vivant, fait de plusieurs couches de peinture, brodé d’événements ordinaires, de
souvenirs et d’associations et plein de spontanéité dans l’écriture coloristique, le peintre
capture étoiles et personnages, chiens et champignons, arbres et oiseaux d’une manière si
dense, si touffue et si vivante que l’observateur est exhorté à parcourir les temps et les
espaces ainsi représentés, et à plonger dans le rythme d’une peinture semi-abstraite et
pourtant bien figurative. Les objets, comme ce champignon ou ce chien, sont ceints de
traits colorés, généreusement orchestrés. De nombreuses couleurs irradient depuis leur
profondeur vers l’espace de l’observateur, s’associant à l’ensemble des lignes pour
engendrer une présence dynamique et susciter une perception immédiate de la sonorité du
tableau. La liberté subjective et imaginative du peintre, réagissant au bruit et à l’odeur, au rêve
et au monde, génère un univers pictural non réel. Comme dans un tourbillon de feuilles
d’automne, les motifs s’associent, même ceux qui ne vont pas ensemble, pour produire un
tout irréel. Ainsi, dans l’art de Paul Klee, Joan Miró ou Cy Twombly, sont nés des graffitis
simultanés du subconscient. Pourtant, il serait inapproprié de rechercher un quelconque
rapport avec ces artistes. Les travaux de Ralf Altrieth sont si peu conventionnels, si
actuels, si insolites et si vigoureusement vivants qu’on peut exclure toute forme de relation.

Extraits – Dr. Friedhelm Häring, historien de l’art, mai 2015
Traduit de l’allemand par S. Lainé

Iolyt_techn-mixte_21x15cm_PS10_2015 Iopulitosie_techn-mixte_21x15cm_PS10_2015 Pavachserpa_techn-mixte_21x15cm_PS2_2015

Le monde pictural de Ralf Altrieth – car il a aussi un monde musical – est d’une
incontestable cohérence. On peut le vérifier en confrontant un grand nombre d’œuvres, de
formats divers et datées de plusieurs années successives. L’évidence s’impose alors : ce qui
sur un tableau isolé apparaît d’abord comme relevant d’une imagination pleine de fantaisie
n’est qu’un élément, une sorte d’arrêt sur image, extrait d’un monde imaginaire d’une
foisonnante richesse mais d’une évidente continuité.
Extrait – Bernard Pignero, écrivain, août 2015

RA14 übung blaue Liebe_Exercice Amour bleu_acrylique sur papier marouflé-65x50cm-2014 übung Blumesein_Exercice être fleur_acrylique sur papier marouflé-65x50cm-2014

übung Ueberaschung_Exercice Surprise_acrylique sur papier marouflé-65x50cm-2014  Ralf Altrieth

Ralf Altrieth est un peintre d’origine allemande. Depuis l’automne 2014, il vit et travaille dans le
Gard, au pied des Cévennes.
Il a grandi en Forêt Noire, à Baiersbronn, et a fait des études aux Beaux-Arts à Nürtingen pendant
deux ans, avant de prendre la décision de poursuivre son chemin artistique en-dehors des
institutions traditionnelles. Par la suite, il a vécu, travaillé et exposé à Paris, Fribourg-en-Brisgau,
Berlin, Erlangen, de nouveau Berlin, puis Venise et en Normandie de 2006 à 2014.
Il expose depuis 1992, et travaille la peinture, la linogravure, le dessin, les installations et, depuis
2013, la sculpture.
Sa peinture peut sembler proche de mouvements tels que le néo-expressionisme, le Cobra, l’art
brut et la figuration libre, et pourrait être décrite comme de la poésie picturale (Dr. Friedhelm
Häring, historien de l’art, apropo de sa peinture). Ainsi, elle comporte toujours une bonne part de
figuration et une bonne part d’abstraction. Elle est précise à sa propre manière et laisse de la place
à sa matière pure.
D’après Altrieth, continuer à faire de la peinturetrouve son sens dans la réalisation d’images dont la
force et la présence sont assez fortes pour séduire l’œil et transporter le spectateur ailleurs, là où le
trouble s’installe, où le cognitif s’évanouit, mais où un réconfort s’installe malgré le manque de
confort, la commodité habituellement engendrée par une fausse perception de ce qu’on appelle la
sécurité. Le monde lui semble trop défini, trop exploré, trop exploité, trop analysé et trop surveillé.
En conséquence, il faut faire une peinture opposée à cela, qui permet de flotter, de respirer et d’être
à la fois rien et tout.

das überich entscheidet_techn_mixte_80x120cm_2015